Le processus de la santé selon l'Ayurvéda


Ecouter en mp3 (Voix de synthèse)

La santé est ordre, la maladie est désordre. A l'intérieur du corps, il y a interaction constante entre ordre et désordre. L'homme avisé apprend à être pleinement conscient de la présence de troubles dans son corps et entreprend de rétablir l'ordre. Il comprend que l'ordre est inhérent au désordre et qu'il est donc possible de recouvrer la santé.

L'environnement interne du corps réagit constamment à l'environnement extérieur. Le désordre intervient quand deux paramètres sont en déséquilibre. Pour modifier l’environnement interne, afin de l'équilibrer avec l'environnent extérieur, il faut comprendre comment le processus de la maladie survient à l'intérieur de l'être psychosomatique. L'Ayurvéda fournit des explications de la maladie qui permettent de rétablir l'ordre et la santé à partir du désordre de la maladie.

En Ayurvéda, le concept de la santé est fondamental pour comprendre la maladie. C'est pourquoi, avant de discuter de la maladie, nous devons comprendre la signification du confort ou de la santé. Un état de santé existe quand le feu digestif (agni) est équilibré; les humeurs corporelles (vata-pitta-kapha) sont en équilibre; les trois émonctoires (urine,fèces et sueur) sont produits à des niveaux normaux et en équilibre; les sens fonctionnent normalement ; et le corps, l'esprit et la conscience travaillent dans l'harmonie et ne font qu'un. Lorsque l'équilibre d'un quelconque de ces systèmes est perturbé, c'est le commencement du processus de la maladie. Comme un équilibre des éléments et des fonctions mentionnés plus haut entraîne une résistance et une immunité naturelles, même les maladies contagieuses peuvent ne pas affecter la personne qui est en bonne santé. Ainsi, les déséquilibres du corps et de l'esprit sont responsables de la douleur et de la misère physiques et psychologiques.

Classification de la maladie

D'après l'Ayurvéda, on peut classer la maladie selon son origine : psychologique, spirituelle ou physique. La maladie est aussi classée en fonction du lieu de sa manifestation : cœur, poumons, foie, etc. Le processus de la maladie peut commencer dans l'estomac ou les intestins, mais se manifester dans le cœur ou les poumons, si bien que les symptômes de la maladie peuvent apparaître à un endroit différent de son origine. Les maladies peuvent aussi être classées d'après leur cause et les dosha corporelles : vata-pitta-kapha.

Prédisposition à la maladie

La constitution individuelle détermine la prédisposition à la maladie. Par exemple, les personnes de constitution kapha ont une nette tendance aux maladies kapha. Elles peuvent éprouver des angines à répétition, sinusite, bronchite et congestion des poumons. De même, les individus de constitution pitta sont sujets aux troubles de la vésicule biliaire, de la bile et du foie, à l'hyperacidité, l'ulcère peptique, les gastrites et les maladies inflammatoires. Les types pitta souffrent aussi de problèmes de peau comme urticaire et rougeurs. Les personnes vata sont très sujettes aux gaz, aux douleurs de la zone lombaire, arthrite, sciatique, paralysie et névralgies. Les maladies vata ont leur origine dans le gros intestin, les maladies pitta dans l'intestin grêle et les troubles kapha dans l'estomac. Des humeurs déséquilibrées dans ces zones occasionneront certains signes et symptômes.

Le déséquilibre entraînant la maladie peut avoir son origine dans la conscience, sous forme de sentiment négatif et peut alors se manifester dans l'esprit, où la graine de la maladie peut se trouver au plus profond du subconscient sous forme de colère, de peur ou d'attachement. Ces émotions se manifesteront dans le corps par l'intermédiaire de l'esprit. La peur réprimée entraînera un trouble de vata ; la colère, un excès de pitta ; et l'envie, l'avidité et l'attachement aggraveront kapha. Les déséquilibres des tridosha affectent la tendance naturelle du corps (le système auto-immunitaire - agni) et celui-ci est alors susceptible de maladie.

Parfois, le déséquilibre à l'origine du processus de la maladie peut d'abord survenir dans le corps et se manifester dans l'esprit et la conscience. L'alimentation, les habitudes de vie et l'environnement, ayant des attributs similaires à ceux des doshas (humeurs), seront opposés aux tissus corporels. Ils vont créer un déséquilibre qui se manifestera d'abord au niveau physique, pour affecter ensuite l’esprit à travers un trouble des tridosha. Par exemple, un vata perturbé entraîne peur, dépression et nervosité ; un excès de pitta dans le corps cause colère, haine et jalousie; un kapha aggravé crée possessivité, avidité et attachement. Ainsi il y a une connexion directe entre alimentation, habitudes, environnement et troubles émotionnels.

Les 3 dosha ou humeurs biologiques

Vata est un principe de mouvement. Ce qui bouge est appelé vata. C'est pourquoi vata peut être considéré comme le principe de l'air corporel. Cependant, l'élément Air de l'atmosphère extérieure n'est pas le même que l'air du corps. L'air corporel, ou vata, peut être caractérisé en tant qu'énergie subtile gouvernant les mouvements biologiques. Ce principe biologique de mouvement engendre tous les changements subtils du métabolisme. Vata est formé à partir des deux éléments Ether et Air.

Vata gouverne la respiration, les clignements d'yeux, les mouvements des muscles et des tissus, les pulsations du cœur, ainsi que toute expansion et contraction, les mouvements du cytoplasme et les membranes cellulaires, et le mouvement des simples impulsions des cellules nerveuses. Vata gouverne aussi les sentiments et émotions tels la gaieté, la nervosité, la peur, l'anxiété, la douleur, les tremblements et les spasmes. Le gros intestin, la cavité pelvienne, les os, la peau, les oreilles et les cuisses sont le siège de vata. Si le corps développe un excès de vata, il s'accumulera dans ces régions.

Pitta est traduit par le feu, bien que ce terme ne signifie pas littéralement "feu". On peut voir le feu d'une bougie ou d'une cheminée, cependant, l'énergie-chaleur corporelle, la dosha pitta, qui se manifeste en tant que métabolisme, n'est pas visible de cette façon. Pitta gouverne la digestion, l'absorption, l'assimilation, la nutrition, le métabolisme, la température du corps, la coloration de la peau, l'éclat des yeux, ainsi que l'intelligence et la compréhension. Psychologiquement, pitta provoque la colère, la haine et la jalousie. L'intestin grêle, l'estomac, les glandes sudoripares, le sang, la graisse, les yeux et la peau sont les sièges de pitta. Pitta est formé des deux éléments Feu et Eau.

La traduction de kapha est l'eau biologique et ce principe corporel est formé de deux éléments, la Terre et l'Eau. Kapha cimente les éléments du corps, fournissant le matériau nécessaire à la structure physique. Cette dosha maintient la résistance du corps. L'eau est le principal constituant de kapha et cette eau corporelle est physiologiquement responsable de la force biologique et de la résistance naturelle des tissus du corps. Kapha lubrifie les articulations; fournit l'humidité à la peau ; aide à guérir les blessures ; remplit les espaces du corps ; donne force biologique, vigueur et stabilité ; soutient la mémoire; donne de l'énergie au cœur et aux poumons et préserve l'immunité. Kapha est présent dans la poitrine, la gorge, la tête, les sinus, le nez, la bouche, l'estomac, les articulations, le cytoplasme, le plasma, et les sécrétions du corps tel le mucus. Psychologiquement, kapha est responsable des émotions de l'attachement, de l'avidité et de l’envie persistante ; il est aussi exprimé dans les tendances au calme, au pardon et à l’amour. La poitrine est le siège de kapha.

L'équilibre des tridosha est nécessaire à la santé. Par exemple, le principe de l'air enflamme le feu corporel, mais l'eau est nécessaire pour contrôler le feu, sinon le feu corporel brûlerait les tissus. Vata fait bouger kapha et pitta, qui sont immobiles. Ensemble, les tridosha gouvernent toutes les activités métaboliques : l’anabolisme (kapha), le catabolisme (vata) et le métabolisme (pitta). Lorsque vata est en déséquilibre, le métabolisme est perturbé, entraînant un excès de catabolisme qui mène au processus de détérioration du corps. Lorsque l'anabolisme est plus important que le catabolisme, il y a augmentation du taux de croissance et de restauration des organes et tissus. Un excès de pitta perturbe le métabolisme, un excès de kapha augmente le niveau d’anabolisme et un excès de vata entraine l’amaigrissement (catabolisme).

Source : extrait du livre du Dr Vasant Lad, "Ayurvéda, Science de l'Autoguérison".