Changement personnel et cohérence de vie

Ecouter en mp3 (Voix de synthèse)

Il y a toujours un élément déclencheur aussi minime ou banal soit-il, aussi violent qu’il puisse être (perte, séparation, accident, rencontre structurante ou prise de conscience personnelle) qui incite une femme ou un homme à s’engager vers un processus plus ou moins conscient de changement personnel.

Changer, quand cela ne reste pas au niveau d’un vague désir ou d’une intention frileuse, représente une démarche difficile, parfois labyrinthique, souvent chaotique, semée d’obstacles et de résistances. Une démarche ou un ensemble de démarches qui représentent le plus souvent pour celui qui s’y engage, l’équivalant d’une mise au monde. Cette nouvelle naissance, débouchant sur la possibilité de devenir plus responsable, de mieux se respecter ou de se définir avec plus d’affirmation, d’être enfin co-auteur de sa vie.

Changer est une invitation à prendre en charge non seulement son présent et un avenir à construire, mais aussi à clarifier son propre passé. Cela va nous conduire la plupart du temps à restaurer quelques-unes des blessures de l’enfance, à apaiser des peurs, à recadrer quelques situations inachevées, à pratiquer ce que j’appelle un nettoyage de la tuyauterie relationnelle avec les personnes significatives de notre histoire.

Le parcours qui s’amorce ainsi et qui peut se traduire en termes de développement personnel, va remettre à jour des problématique enfouies, qui prennent soudain beaucoup de place, qui semblent dans un premier temps, ingérables ou trop porteuses de mal-être et de souffrance, et qui vont se révéler rapidement comme la partie visible d’un iceberg intime, dont nous entrevoyons soudain la partie immergée ! Découverte qui peut soit nous démobiliser, soit nous stimuler pour aller plus loin, c’est-à-dire en fait pour aller plus près de soi !

Toute démarche de changement personnel, qu’elle s’appuie sur une rencontre stimulante, une lecture, une prise de conscience spontanée ou encore sur un engagement thérapeutique, voire la participation à un groupe de paroles ou d’éveil, sur une session de formation aux relations humaines déclenche de multiples remises en cause dans la vie personnelle, intime, professionnelle et sociale.

Il conviendra aussi de tenir compte (et d’affronter) le retentissement provoqué chez l’entourage proche (qui ne supporte pas toujours, ce que vous devenez) et qui se traduit par des résistances, des critiques, des rejets ou des oppositions. Il y a ainsi plusieurs passages difficiles à traverser, des interrogations sur le bien fondé des changements qui apparaissent, des périodes de doutes, quand nous attendons de nos proches compréhension et soutien et que nous recevons d’eux des mises en garde, des jugements de valeurs, des rejets qui nous blessent et renforcent notre solitude.

Le travail sur soi qui en découle est une invitation à explorer à la fois nos ressources, nos compétences, mais aussi nos limites et nos zones d’ombre. Différents aspects de nos relations vont être ébranlés, secoués par notre nouveau positionnement de vie, ce qui peut obliger à remettre en cause des choix et des engagements antérieurs, pris par « celui que nous étions », dans lequel on ne se reconnaît plus ! Le fait de pouvoir être accompagné, guidé ou simplement soutenu, nous permet de mieux cerner la cohérence nécessaire qu’il convient d’avoir pour savoir élaguer sans tout saccager, pour ensemencer sans piétiner ce qui fleurit encore, pour vendanger le meilleur de soi, pour rencontrer le meilleur de l’autre. Un apprentissage à plus de tolérance, de compassion envers soi-même et envers nos proches nous ouvre à une liberté d’être qui s’avère dans la plupart des cas bénéfique.

Auteur : Jacques Salomé.
Source de l’article : www.cles.com